Messe de Toulouse

D’une portée historique indéniable, la Messe de Toulouse est contenue dans les marges et sur les folios laissés en blanc de ce missel noté, daté de la première moitié du XIVe siècle et vraisemblablement originaire du scriptorium d’Avignon. Cette messe est polyphonique, et écrite suivant la notation mesurée spécifique à la seconde moitié du siècle de l’Ars Nova, sur cinq lignes rouges - couleur reprise également pour les rubriques des différentes pièces. D’une main unique, elle a pour principale particularité de transcrire les ligatures descendantes sous une forme incurvée, appelée notation en fer de lance.

Cette œuvre constitue l’un des premiers témoignages de messe polyphonique « cyclique », avec celles de Tournai, de Barcelone et de la Sorbonne. Jusqu’ici en effet, seuls des fragments de messe polyphonique avaient été conservés dans divers manuscrits du XIVe siècle, notamment les codices d’Ivrée et d’Apt , sans jamais présenter cinq pièces dont la successivité aurait indiqué une messe unifiée.

Il est évident cependant que cette messe n’a pas été écrite par un seul compositeur, phénomène qui n’est attesté que pour la Messe de Nostre Dame de Guillaume de Machaut à l’époque de l’Ars Nova elle correspond davantage à un regroupement de pièces indépendantes à l’origine, ainsi qu’en témoignent les différences stylistiques notables que l’on y perçoit.

Venez retrouver des thèmes mélodiques de cette messe dans la Music’halte du 20 juin, entre 12h30 et 13h30, à la Bibliothèque d’étude et du patrimoine.

Plus d’informations sur le concert :

http://www.bibliotheque.toulouse.fr/viewPageEvent.html?page=MusicHalte_itinerant

Feuilletez la partition numérisée du concert sur Rosalis :

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_MS0094