Ramelet moundi
Occitan

Una part importanta del fons patrimonial occitan es a l’ora d’ara accessibla dins la bibliotèca numerica de Tolosa.

Los manuscrits

Aquel fons es ric de matun desenats de manuscrits de l’Edat Mejana fins al sègle XXen. Una Vida de santa Margarida en vèrses romans enluminada (sègle XIVen), deu èsser particularament senhalada. Pasmens, la màger part es constituida pel fons del escrivan e etnograf Antonin Perbòsc (1861-1944) bailat a la bibliotèca per sa felena Suzanne Cezerac-Perbòsc.

La monumentala Enquèsta de linguistica e de toponimia dels Pirenèus, en 35 volums e a l’ora d’ara inedita, realizada e depausada a la bibliotèca municipala de Tolosa en 1887 per Julien Sacaze (1847-1889), foguèt tanben numerizada. Aquela enquèsta facha al prèp de regents dels departaments pirenencs conta la revirada de doas legendas en idiòma local e l’establiment de la tièra de totes los noms de luòcs de la comuna en idiòma local e en francés e lor cartografia sus un plan manuscrit de la comuna.

Los imprimits
200 dels mai excepcionals imprimits en occitan del sègle XVIen al sègle XVIIIen (siá mai de la mitat del fons) foguèron numerizats.
- La poesia ne constituís una part importanta. Mai d’un poèta occitan celèbre coma lo poèta Tolosan Pèire Godolin (1580-1649), los poètas gascons Guillaume Ader (1567-1638) e Jean-Géraud d‘Astros (1594-1648 (1594-1648) e lo poèta provençal Claudi Brueys (ca 1570-?) i ocupan una plaça de tria.
- Los escriches revolucionaris qu’al dintre se i tròban quantitat de panflets contra lo Paire Sermet, evesque que prestèt jurament a la constitucion civila del clergat),
- Lo teatre (borlesc, comic, satiric, parodic o pastoral),
- Nadals, catequismes e autres escriches teologics i prenon una plaça importanta,
- Los racontes corts (sovent en vèrs) que descrivon d’eveniments istorics regionals coma lo Desliurament de Tolosa en 1662 o l’acabament del Canal de Miègjorn en 1681- Qualques pèças musicalas

Los luòcs mai importants de produccion d’aqueles imprimits son Tolosa (per la màger part del fons), mas tanben Montalban e Castras. Los imprimits provençals venon de Marselha, Ais, Avinhon, Montpelhièr e Besièrs. Per çò qu’es dels tèxtes gascons - mens nombroses – son estampats a Agen, Pau, Sarlat o tanben Bordèu e Baiona. Qualques rars imprimits de Limòtges, París, Lion, Amsterdam, Rotterdam, Cracòvia (adreça falsa per Arle en realitat !) completan l’ensem.

Las provenenças mai conegudas d’aquel fons son las de las bibliotècas del Mètge Tibulle Desbarreaux-Bernard, de l’abat Salvan, del bibliofil Loís Lacroix, e d’Antonin Perbòsc, totes fervents aparaires de la lenga occitana.

Français

Une importante part du fonds patrimonial occitan est désormais accessible dans la bibliothèque numérique de la BMVR.

Les manuscrits
Ce fonds est riche de plusieurs dizaines de manuscrits du Moyen Age jusqu’ au XXe siècle. Une Vie de sainte Marguerite en vers romans enluminée (XIVe siècle), doit notamment être signalée. Toutefois, la plus grande part est constituée par le fonds de l’ethnographe et poète Antonin Perbosc (1861-1944), donné à la bibliothèque par sa petite-fille Suzanne Cezerac-Perbosc.

La monumentale Enquête de linguistique et de toponymie des Pyrénées, en 35 volumes et à ce jour inédite, réalisée et déposée à la Bibliothèque municipale de Toulouse en 1887 par Julien Sacaze (1847-1889), a également été numérisée. Cette enquête effectuée auprès des instituteurs des départements pyrénéens comprend la traduction de deux légendes en idiome local et l’établissement de la liste de tous les noms de lieux de la commune en idiome local et en français et leur cartographie sur un plan manuscrit de la commune.

Les imprimés
200 des plus remarquables imprimés en occitan du XVIe au XVIIIe siècle (soit plus de la moitié du fonds) ont été numérisés.
- la poésie en constitue une importante part. Plusieurs poètes occitans célèbres tels que le poète toulousain Pierre Goudelin (1580-1649), les poètes gascons Guillaume Ader (1567-1638) et Jean-Géraud d‘Astros (1594-1648) et le poète provençal Claude Brueys (ca 1570- ?) y occupent une place de choix.
- les écrits révolutionnaires (au titre desquels se trouvent de nombreux pamphlets contre le Père Sermet, évêque constitutionnel ayant prêté serment à la constitution civile du clergé),
- le théâtre (burlesque, comique, satirique, parodique ou pastoral),
- Noëls, catéchismes et autres écrits théologiques y prennent une place importante.
- les courts récits (souvent en vers) décrivant des événements historiques régionaux tel que la Délivrance de Toulouse en 1662 ou l’achèvement du Canal du Midi en 1681 s’y distinguent
- pièces musicales.

Les principaux lieux de production de ces imprimés sont Toulouse (pour l’essentiel du fonds), mais aussi Montauban et Castres. Les impressions provençales proviennent de Marseille, Aix, Avignon, Montpellier et Béziers. Quant aux textes gascons -moins nombreux- ils sont imprimés à Agen, Pau, Sarlat ou même Bordeaux et Bayonne. De rares impressions de Limoges, Paris, Lyon, Amsterdam, Rotterdam, Cracovie (Fausse adresse pour Arles en réalité !), complètent l’ensemble.

Les provenances les plus notoires de ce fonds, sont celles des bibliothèques du Docteur Tibulle Desbarreaux-Bernard, de l’abbé Salvan, du bibliophile Louis Lacroix, et d’Antonin Perbosc, tous fervents défenseurs de la langue occitane.