0102-1752.jpg"Dans ce mois on commence à mettre au coin de chaque bout de rue, des plaques avec le nom de cette rue. Ces plaques sont constituées par un carré de tôle, peint en blanc, et portant de grosses lettres noires..."

Source: Les heures perdues de Pierre Barthès, maître répétiteur en Toulouse, ou receuil des choses dignes d’être transmises à la postérité, arrivées en cette ville ou près d’icy, commençant au mois de décembre de l’année mil sept cens trente sept, et fini au mois d’aoust mil sept cens cinquante. II. Août 1750 à mai 1752

Voir Les heures perdues de Pierre Barthès

En savoir + sur Pierre Barthès