L’Exposition Toulouse à la Renaissance

Toulouse, à la Renaissance…

La Renaissance toulousaine est une période très faste dans l’histoire de la ville, qui connaît une grande prospérité économique. Elle se distingue en particulier par la qualité de son architecture et la vitalité de ses études humanistes*.
Toujours proche de son passé romain, Toulouse renoue avec bonheur avec cette culture des Anciens qui n’a jamais tout à fait disparu. Philologie, philosophie, droit, poésie, histoire, architecture ou sciences, tous les champs du savoir sont explorés dans une ville qui dès 1475 est la troisième en France à accueillir l’imprimerie.
C’est au travers des techniques et des supports les plus variés que s’exprime un nouveau goût pour le style « à l’antique ». Attirés par les nombreuses commandes des « autorités » locales, artisans et artistes venant de toute la France font ainsi de Toulouse une ville dynamique, au cœur de différentes influences.
Toulouse, à la Renaissance… c’est toute une histoire !

Quand la peinture était dans les livres

À la bibliothèque et sur Rosalis, découvrez un domaine méconnu de l’art toulousain de la Renaissance : celui des livres peints entre 1460 et 1535, période charnière du passage du manuscrit* enluminé à l’imprimé orné de gravures.
Pour la première fois sont présentés une quarantaine de manuscrits* précieux, mais aussi des incunables* et des estampes* retraçant l’histoire de la « peinture de livres » à Toulouse entre Moyen Âge et Renaissance.
C’est un parcours stylistique et historique qui vous est proposé, mais aussi une évocation des conditions de production des livres illustrés et leurs différents acteurs.
Les copistes et les enlumineurs, pourtant si actifs jusqu’aux années 1490, sont en effet rapidement remplacés par les imprimeurs et les graveurs qui s’emparent du marché du livre de liturgie* et de dévotion. Ce ne sont plus des enlumineurs mais des peintres qui répondent à Toulouse aux dernières commandes importantes de manuscrits* enluminés : les antiphonaires* offerts par l’évêque Philippe de Lévis à sa cathédrale de Mirepoix, aussi somptueux que déjà anachroniques, en sont un bel exemple.
Parmi les documents présentés dans cette exposition sont exceptionnels par leur signification historique pour la ville autant que par leur valeur patrimoniale, retrouvez sur Rosalis :

Livre d'heures à l'usage de Rome

Livre d’heures à l’usage de Rome Enluminé par Antoine de Lonhy, vers 1457-1460

Livre d’heures à l’usage de Rome
Enluminé par Antoine de Lonhy, vers 1457-1460
Bibliothèque de Toulouse

Quelle qualité d’exécution ! Ce livre a été acquis par la bibliothèque en 2002 car il a été réalisé lors de l’étape toulousaine d’Antoine de Lonhy, enlumineur, peintre et verrier itinérant qui a introduit en Languedoc les nouveautés de la peinture flamande. Il témoigne de la vivacité des échanges artistiques et de l’attractivité de Toulouse au milieu du 15e siècle.