paragraphes
bandeau
Coups de projecteur - Les papiers dominotés
categorie
Coup de projecteur
titre

Les papiers dominotés

Le papier dominoté, que l’on peut définir aujourd’hui comme l’ancêtre du papier peint imprimé et orné de motifs floraux ou géométriques a été au cours du 18e siècle utilisé de façon particulière dans le domaine de l’édition. Les imprimeurs libraires s’en servaient comme couvrure provisoire avant la reliure définitive en cuir. Ces feuilles estampées rarement conservées du fait de leur usage temporaire font aujourd’hui l’objet de toute l’attention des chercheurs, bibliophiles… et des bibliothèques.

C’est le cas à Toulouse, où un travail de recensement et d’analyse a été amorcé dans les années 2010 : les éléments descriptifs ci-dessous donnent un état des lieux de cette première étude. La prospection exhaustive s’est terminée en 2015 dans nos collections ; depuis, une identification des ateliers producteurs a déjà engendré des modifications à ces premières constatations, elle fera l’objet d’articles à venir.
L’article ci-dessous est paru dans Art & métiers du livre N° 288, janvier-février 2012, pp. 30-31.

Papier dominoté doré, gaufré. Sur un papier vert d'eau composition symétrique. Oiseaux posés sur des entrelacs de rubans, diverses fleurs, rinceaux, abeilles en vol au dessus d'une corbeille de fruits.
Papier dominoté doré, gaufré. Sur un papier vert d'eau composition symétrique. Oiseaux posés sur des entrelacs de rubans, diverses fleurs, rinceaux, abeilles en vol au dessus d'une corbeille de fruits.

Les reliures en papiers dominotés de la Bibliothèque de Toulouse

L’étude matérielle des livres du 18e siècle a fait depuis toujours la part belle à la nature des peaux (maroquin, veau blond...) et à leurs divers ornements phares, emblématiques (armoiries, décors mosaïqués, «à la plaque», «à la dentelle»...) au détriment du premier habillage papier protégeant le texte imprimé à la sortie des presses de l’éditeur avant son passage chez le relieur.

Papier dominoté. Damier en losange, composé d'un motif floral et d'un point rouges. Fond gris sur papier blanc
Papier dominoté. Damier en losange, composé d'un motif floral et d'un point rouges. Fond gris sur papier blanc

Dans les officines, ces premières parures avaient pour mission d’être engageantes, attractives, et d’inciter à l’achat du livre. Ces papiers souvent unis (gris, bleus), fragiles, de qualité médiocre, parfois décorés simplement, dominotés (motifs géométriques, fleurs stylisées) dans une gamme de couleurs restreintes, plus rarement gaufrés, dorés, polychromes aux thèmes figuratifs n’ont guère su retenir ni l’attention, ni l’intérêt des bibliophiles ou des historiens des siècles passés (d’où souvent, leur disparition). Ces reliures dites « d’attente » étaient supprimées, ou au mieux pour certaines d’entre elles (ré)utilisées en gardes volantes ou en contregardes lors de la pose d’une couvrure en peau.

Papier dominoté. 12 petits motifs végétaux. Bleu. Fond blanc
Papier dominoté. 12 petits motifs végétaux. Bleu. Fond blanc

Aujourd’hui, il en est autrement puisque leur présence est rare dans les collections de la bibliothèque de Toulouse et que l’histoire du livre s’oriente de plus en plus dans la connaissance matérielle de l’objet livre, très liée au contexte économique, politique, social de cette époque. Ces papiers décorés, issus de différentes techniques, sont présents en reliure depuis le 17e siècle : la dominoterie (gravure), le gaufrage (gravure en relief), le papier à la colle et la marbrure (1) étaient utilisés comme gardes, mais seuls les papiers marbrés ont su être « préservés » majoritairement dans les collections, car la production perdure jusqu’au 19e siècle. La bibliothèque conserve même des éditions allemandes par exemple, datées des années 1920-1930 dont les petits motifs du cartonnage « pastichent » ces papiers dominotés.

Un inventaire systématique a été entrepris sur le fonds de la réserve du 18e siècle de la Bibliothèque de Toulouse : tous formats confondus, sur les 1614 cotes au total, 115 ont été pointées, repérées comme étant témoins de papier dominoté ou gaufré : simple reliure d’attente ou sous forme de gardes.


Les 115 références de la réserve du 18e siècle de la Bibliothèque de Toulouse représentent 14% du corpus évalué et sont réparties ainsi : aucun sur les 213 grand format (supérieur à 35 cm) ; 11 sur 263 pour les formats compris entre 25 et 35 cm ; 37 sur 284 pour ceux entre 20 et 25 cm ; et 67 sur 858 pour les formats inférieurs à 20 cm.


La majorité des livres parés de papier dominoté ou gaufré proviennent ici des 20 dernières années du 18e siècle. Une trentaine de documents supplémentaires ont été repérés dans les collections « hors réserve », qui d’ailleurs pourraient changer de statut et passer d’une catégorie d’ouvrages « ordinaires » à celle d’ouvrages « intéressants, rares et précieux ». Le travail de recensement se poursuit.

Papier dominoté. Motifs géométriques : Damier en diagonale composé de carrés alignés sur la pointe, et d'un gros point au centre des espaces ainsi formés. Impression verte sur papier blanc
Papier dominoté. Motifs géométriques : Damier en diagonale composé de carrés alignés sur la pointe, et d'un gros point au centre des espaces ainsi formés. Impression verte sur papier blanc

Papiers dominotés : impression d’une planche de bois gravée en relief puis encrée

Les bois utilisés en France pour les papiers dominotés (3) au 18e siècle sont d’assez grande dimensions (45x35 cm en général) et il suffisait d’une seule impression pour remplir la feuille de papier qui présente de larges marges blanches. Jacques Chauveau, élève de Jean Papillon, imagina de colorer les papiers à l’aide de «bois de renture» : un bois pour chaque couleur remplaçait le coloriage au pochoir ou au pinceau. Dans les marges, on peut trouver le numéro du bois, la signature du fabricant, le lieu. Ces indications précieuses et rares sont souvent tronquées dans les collections de la bibliothèque, compte tenu du format des livres (car les feuilles ont été massicotées) ; on peut citer, par exemple, la mention de la ville d’Orléans (a : couverture d’attente des Cantiques des missions 1773). A défaut, la similitude des motifs peut nous orienter vers un lieu de production, voire des graveurs (3) tels que Sevestre-Leblond (b), Letourmy (c), tous deux d’Orléans, ou Sillé du Mans (d). Mais l’identification de l’origine de la production est très difficile, en l’absence d’études précises publiées : ces feuilles de papier dominoté étaient vendues à l’atelier ou par colportage ; les bois gravés passaient de mains en mains, par ventes également ou échanges d’une province à l’autre, ils se transmettaient d’une génération à l’autre ; le nom pouvait être modifié ou remplacé ; les motifs étaient copiés souvent…

Papier dominoté. Rinceaux dorés sur fond blanc
Papier dominoté. Rinceaux dorés sur fond blanc

Les motifs qui suivent le goût du public, sont riches et variés : petits éléments répétitifs et rapprochés, en semis ou en bandes, monochromes au début, polychromes ensuite, retouchés, rehaussés de couleurs au pochoir, à la main, sur fond uni, à picots. Ce sont des motifs géométriques (points, triangles, carrés, croissants, rayures...), (e), floraux ou figurés (angelots…). Compte tenu de la circulation des bois, de la situation géographique de la ville de Toulouse, il n’est pas exclu d’identifier, lors d’une étude plus fine, l’existence avérée de bois italiens, l’Italie étant la « patrie des dominotés ».

Papier dominoté. Motifs floraux blancs où butinent deux abeilles, rehaussés de diverses couleurs.
Papier dominoté. Motifs floraux blancs où butinent deux abeilles, rehaussés de diverses couleurs.

Papiers dorés-gaufrés

A la fin du XVIIe siècle, se développent en Allemagne, avec un énorme succès, la dorure et la gaufrure de papiers destinés au livre (technique issue de l’impression des étoffes sur cuivre ou sur bois). Ce sont des imitations de brocarts, d’étoffes de soie, aux motifs exotiques, chatoyants, géométriques. Ce papier luxueux, exceptionnel, à la technique complexe (comme l’est sa typologie), s’exporte avec le même grand succès dans les pays voisins. Ainsi trouve-t-on ici, pour les petits almanachs royaux par exemple, les motifs géométriques très prisés par les relieurs français et plus particulièrement les petites étoiles dorées avec un léger relief sur un fond monochrome (4 types) (f), des compositions végétales, plus variées les unes que les autres (g) où s’animent parfois des personnages (h) ; de la faune exotique (i), des éléments d’architecture, dans une débauche de couleurs et d’or ; ou, plus sobre, une planche représentant des saints dans des encadrements (« Bilderbogen ») (j). Un volume donne la confirmation certaine de la présence de papiers d’origine allemande puisqu’il est signé «Johann Michael Munck » (k).

Ce trésor mal connu est à l’étude ; d’autres splendeurs sont à découvrir. En attendant, ces papiers nous ont fait voyager et rêver.

Papier dominoté. Dans des rinceaux habités par des oiseaux, des personnages en pied, à cheval. Certains ayant une activité musicale, d'autres jouant avec des animaux... Impression dorée sur papier blanc
Papier dominoté. Dans des rinceaux habités par des oiseaux, des personnages en pied, à cheval. Certains ayant une activité musicale, d'autres jouant avec des animaux... Impression dorée sur papier blanc

 

Références bibliographiques :

 

  1. Doizy, M.A. - De la dominoterie à la marbrure. Art & Métiers du livre, 1996
  2. « De la dominoterie à la marbrure, papiers et reliures » , Exposition du 27 avril au 25 juillet 2005, au Château de Chantilly
  3. Jammes, A. - Papiers dominotés. - Ed, des Cendres, 2010
  4. Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes

Suivez Rosalis